La maladie de Lyme en 5 questions

La maladie de Lyme en 5 questions

Si les médias parlent moins de la maladie de Lyme, la COVID-19 ayant chassé toute autre actualité, cela ne signifie pas qu’elle cesse d’exister!

7 août 2023

La maladie de Lyme est en progression au Canada depuis quelques années. Sachez qu’elle peut non seulement affecter l’humain, mais aussi votre chien. Quels sont les risques pour votre compagnon, les symptômes, les traitements? Nous avons fait le tour du sujet en cinq questions.

Comment le chien contracte-t-il la maladie?
En tout premier lieu, rappelons que la maladie de Lyme n’est pas causée par un virus, comme le tristement célèbre corona, mais plutôt par une bactérie de type borrelia. Cette bactérie ne serait pas aussi dangereuse sans une redoutable alliée: la fameuse tique à pattes noires (Ixodes scapularis). La tique, en se nourrissant du sang d’un mammifère porteur de la bactérie, la transmet accidentellement à sa prochaine victime qui, dans le cas qui nous occupe, pourrait bien être votre chien!

Comment la maladie de Lyme affecte-t-elle le chien?
Si votre chien, après une promenade à l’extérieur, se retrouve par malchance avec des tiques contaminées incrustées dans la peau, il est effectivement possible qu’il développe la maladie de Lyme d’ici deux à six mois. Si c’est le cas, des signes cliniques se manifesteront tels que la boiterie causée par de la polyarthrite et de l’inflammation articulaire, de la fièvre, de la léthargie et de la perte d’appétit. En de rares occasions, on peut constater une atteinte rénale, ce qui est beaucoup plus grave. Parfois, chez les chiots de grandes races, une augmentation de certains ganglions sera observée. Mais, rappelons que seulement 5 à 10 % de chiens tomberont malades.

Comment dépister la maladie?
Depuis quelques années, des tests de diagnostic permettant de confirmer une contamination à la bactérie borrelia sont accessibles. En cas de doute, avec ou sans présence de signes cliniques, votre médecin vétérinaire pourrait suggérer que votre chien soit testé. Advenant que les résultats s’avèrent positifs, d’autres analyses seront conseillées pour s’assurer qu’il n’y a pas d’atteinte rénale. Certains vétérinaires dans les régions ou près des secteurs plus à risque, même sans symptômes cliniques, pourraient recommander une vérification annuelle par mesure préventive.

Comment traiter un chien infecté?
La bonne nouvelle, c’est qu’habituellement, ces atteintes articulaires s’estompent d’elles-mêmes sans intervention médicale. Toutefois, en cas de persistance, un traitement pour contrôler la douleur et des antibiotiques peuvent s’avérer nécessaires sur une période plus ou moins longue.

La probabilité de contracter la maladie varie en fonction de la quantité de tiques trouvées sur votre chien et du nombre de jours qu’elles y seront restées. On sait aussi que les chiots sont plus susceptibles de développer des signes cliniques.

Comment prévenir la maladie?
En tout premier lieu, il faut prendre conscience qu’il existe des régions et des sites, comme les sous-bois ou les champs, qui sont plus à risque. Mais les tiques peuvent également être transportées par des oiseaux, des écureuils ou des marmottes dans de l’herbe non entretenue près de votre maison.


C’est pourquoi il est indiqué de toujours bien examiner votre chien avec un peigne fin après chaque sortie. Si vous découvrez une tique, retirez-là délicatement (avec une pince ou un crochet spécifique et le port de gants) dans les 24 à 36 heures après l’implantation. Pour la simple et bonne raison qu’une tique doit être attachée pendant au moins 36 à 48 heures pour transmettre la bactérie par sa salive.

Si vous désirez mettre toutes les chances de votre côté, il est fortement recommandé d’administrer à votre chien une médication préventive qui permet de tuer la tique dès qu’elle s’abreuve de sang, et avant qu’elle inocule la bactérie borrelia.

Nous vous suggérons de vous informer auprès de votre vétérinaire avant de faire l’acquisition de tout type de produits préventifs, car ils n’ont pas tous le même mode d’action ni la même efficacité.


Finalement, sachez qu’il existe également un vaccin, mais que son utilisation varie en fonction de plusieurs facteurs incluant la prévalence de la maladie dans la région, les risques de contamination, l’état de santé ou la séropositivité de votre chien.

Voir plus d’articles
Copié dans le presse-papier

Ce site utilise des témoins

Nous utilisons des témoins (cookies), soit de petits fichiers texte téléchargés dans votre ordinateur ou d'autres appareils pour conserver vos préférences sur notre site. En utilisant ce site, vous acceptez notre politique d’utilisation de témoins.

J'ai compris