Je t’aime… je t’assure!

Je t’aime… je t’assure!

Ça fait 30 ans que les assurances pour animaux domestiques existent au pays. Est-ce que ça vaut le coût?

15 septembre 2019

Honnêtement, en 1989, à l’arrivée au pays des premiers programmes d’assurance maladie pour animaux, j’étais plutôt sceptique. Le montant élevé des primes, la rigidité des couvertures offertes, les nombreuses exclusions et surtout, à l’époque, le faible coût des soins vétérinaires me rendaient peu enclin à encourager mes clients à y souscrire. La mise de côté d’une petite cagnotte mensuelle me semblait, à moi comme à mes consœurs et confrères, un placement plus judicieux en cas d’imprévus. Mais depuis, je dois l’avouer, ma vision des choses a changé, et ce, pour quatre bonnes raisons.

  1. J’ai été à même de constater que l’assurance maladie réduisait le nombre d’euthanasies et la souffrance animale en accélérant la prise de décision de consulter, en rendant disponible un plus large éventail de moyens de diagnostic et en donnant accès aux meilleurs traitements disponibles.
  2. Au fil du temps, le nombre de compagnies d’assurance a augmenté, ce qui a accru la concurrence et forcé les entreprises à diversifier leur offre et ainsi à s’adapter aux besoins de la clientèle.
  3. Compte tenu de l’augmentation des coûts de la médecine principalement reliée à une offre de soins de plus en plus sophistiqués, l’acquisition d’une police d’assurance est devenue un choix financièrement plus intéressant.
  4. J’ai remarqué que le degré de confiance de la communauté vétérinaire envers ce genre de produit (réclamation, couverture, rapidité du service, etc.) s’est bonifié avec l’usage.


Selon le plus récent rapport (2017) du North American Pet Health Insurance Industry au Canada, près d’un quart de million de chats et de chiens bénéficient d’une police d’assurance, ce qui ne représente tout de même que 1,5 % de tous les chats et les chiens au pays. Un chiffre nettement inférieur aux 6 % d’assurés en France et aux quelque 35 % en Grande-Bretagne ou aux 80 % en Suède.


Vous vous dites sans doute que votre animal est en bonne santé et qu’il n’a pas besoin d’assurance. C’est peut-être vrai, mais s’il tombait malade, vous pourriez être surpris du coût des soins. Selon l’espèce, la race ou l’âge de votre animal ainsi que le type de couverture, le pourcentage de remboursement accordé et le montant de la franchise annuelle, ce type d’assurance pourrait vous revenir à aussi peu que 5 $ par semaine!


Je ne dis pas que tous les chiens et chats doivent être couverts, mais je pense sérieusement que tout propriétaire devrait prendre le temps de s’informer de l’existence des différents programmes offerts. La plupart des compagnies proposent sur leur site des calculateurs de prime simples à utiliser. Amusez-vous à évaluer combien vous pourriez économiser si votre animal était victime d’un bête accident!


Demandes les plus fréquentes au Canada*


Chez les chats


  • Diabète
  • Hyperthyroïdisme
  • Infections urinaires
  • Inflammations du système digestif
  • Lymphomes
  • Problèmes dentaires
  • Troubles gastriques
  • Problèmes rénaux
  • Maladies respiratoires
  • Vomissements


Chez les chiens


  • Allergies
  • Arthrose
  • Dermatites
  • Diarrhée
  • Otites
  • Troubles gastriques
  • Problèmes cutanés
  • Infections urinaires
  • Vomissements


Croyez-vous que vos animaux sont entièrement à l’abri de ce genre de soucis? Je vous assure que non! Sous le thème L’assurance d’une meilleure santé, l’Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux a décrété que le 15 septembre de chaque année serait désormais la Journée nationale de l’assurance animale. Pour souligner l’événement, et afin de vous familiariser avec ce type de produit, je vous invite à profiter des programmes d’essai sans frais offerts par certaines entreprises, en particulier si vous venez d’adopter un chiot ou un chaton.


Croyez-vous que votre assurance habitation couvre certains événements malheureux dont vos animaux de compagnie pourraient être victimes? À lire demain sur Pawsie.


* Données de 2017.

Voir plus d’articles
Copié dans le presse-papier

Ce site utilise des témoins

Nous utilisons des témoins (cookies), soit de petits fichiers texte téléchargés dans votre ordinateur ou d'autres appareils pour conserver vos préférences sur notre site. En utilisant ce site, vous acceptez notre politique d’utilisation de témoins.

J'ai compris