Dans l'œil d'Illona Haus

Dans l'œil d'Illona Haus

Elle est l'une des meilleures photographes animalières au Canada. Depuis 12 ans, Illona Haus a photographié quelque 1 500 animaux, surtout des chiens mais aussi des chats, des chevaux, et des cochons.

1 mai 2019

En forêt, à la plage ou dans son studio de Kitchener, en Ontario, chaque animal devant son objectif a droit à son petit moment d'éternité. Ses clichés possèdent ce supplément d'âme qui distingue ses œuvres de la mignonne carte de fête achetée à la pharmacie. Diplômée des beaux-arts, elle sait capter candeur et vivacité, mais aussi, l'amour inconditionnel que nos compagnons à quatre pattes ont pour nous.


Le matin de l'entrevue, la voix d'Illona est enrouée. « C'est à cause de mon nouveau chat, Mowat. » Incroyable mais vrai, la photographe est allergique à son devon Rex... et à la plupart de ses sujets! « Avec Mirabelle, ma cornish, j'ai fait la pire crise d'asthme de ma vie. Mais j'ai fini par m'habituer à elle. J'ai été entraîneuse de chevaux, et le même phénomène s'est produit. » Mais... impossible d'imaginer son existence sans les animaux!


Elle est devenue photographe animalière après avoir perdu un chien subitement. « Je n'avais presque pas de photos de lui et j'ai juré que jamais plus ça ne m'arriverait. » Elle s'est mise à mitrailler sa ménagerie, littéralement. En parallèle, elle a développé une clientèle et s'est lancée en affaires sans rien y connaître. Le résultat est impressionnant.

Au secours des orphelins


Il y a deux ans, Illona a perdu ses deux chiens, Merrick, rescapée d'une usine à chiots, et Matea, adoptée à la SPCA de Barrie, la même semaine. « En les perdant, j'ai vécu un choc terrible dont je me remets à peine », avoue l'artiste. Elle partage maintenant son quotidien avec deux chats et une chienne, Matlin, qui vient d'un refuge du Texas.


Pendant des années, elle a d'ailleurs conçu le calendrier du refuge de sa région. « Et je continue de photographier les animaux abandonnés. » Ceux à qui il manque une jambe ou un œil occupent une place bien spéciale dans son coeur.


Certaines séances sont plus bouleversantes que d'autres. (EXERGUE) « Des gens m'appellent en urgence avant de faire endormir leur animal. Ils veulent un dernier souvenir. Ces photos comptent tellement pour mes clients. »


Il lui arrive toutefois d'avoir le cœur en miettes, surtout lorsque l'animal lui rappelle l'un des siens. Ou lorsque le maître vient chercher le dernier portrait de son compagnon. « Là je sors les mouchoirs, je prends les gens dans mes bras, car je sais à quel point leur deuil est douloureux. Je suis si souvent passée par là. »


Pour en savoir plus :
www.scruffydogphotography.com


Photo couverture : Marley, pour le projet “Dogs we've Loved”.
Crédit photo : Tanya Wright / Scruffy Dog Photography


Photo 1: Un poodle brun prend son élan.
Photo 2: Un jack Russell au milieu de la forêt.
Photo 3 : Un border collie croisé, pour le projet “Blow”.
Photo 4 : Illona et sa ménagerie.
Crédit photos : Scruffy Dog Photography

Voir plus d’articles
Copié dans le presse-papier

Ce site utilise des témoins

Nous utilisons des témoins (cookies), soit de petits fichiers texte téléchargés dans votre ordinateur ou d'autres appareils pour conserver vos préférences sur notre site. En utilisant ce site, vous acceptez notre politique d’utilisation de témoins.

J'ai compris